Newsletters

Consultez nos Newsletters pour vous tenir informé des nouveautés de Momindum et suivre l’actualité du marché.

Marché

MOOC d’entreprise : nouvel enjeu pour la formation !

Les MOOC se développent fortement et les entreprises s’y intéressent de plus en plus pour renforcer et faire évoluer leurs formations. Féfaur et Vodeclic ont récemment lancé un livre blanc pour mieux comprendre ce phénomène. « Il y a en effet de solides raisons au développement des MOOC en entreprise. A commencer par la réponse pertinente qu’ils apportent à toute une classe de besoins des salariés et des métiers mal servis par la formation ou le e-learning traditionnels, leur adéquation aux nouvelles pratiques d’apprentissage collaboratif… Les MOOC surprennent : prenant le contre-pied d’idées (pédagogiques) reçues, offrant de réinventer les apprentissages, ils portent plus de promesses que de menaces pour un secteur de la formation qui a tout intérêt à s’en inspirer. » explique Michel Diaz.

D’après Michel Diaz, la formation doit apporter de la valeur pour les métiers et pour les personnes qui les suivent. Le salarié souhaite, grâce à la formation, être plus à l’aise dans son travail au jour le jour, plus performant. « C’est l’opérationnalité qui prime, la solution aux problèmes quotidiens. Pour résumer : la formation doit contribuer efficacement à l’alignement des compétences sur les marchés de l’entreprise. Contribution qui doit être efficace, prouvée, et économe des deniers, ce que les responsables de formation ont intégré. » Il faut donc déployer, dans un court laps de temps, des dispositifs de formation efficaces pour se mettre au rythme du business. Il faut rendre des nouveaux embauchés rapidement opérationnels, former des salariés aussitôt qu’une nouvelle application informatique est déployée, permettre aux forces des ventes d’être à niveau dès le lancement d’un nouveau produit...

Le e-learning à la peine…

Le plus souvent, les formations e-learning sont trop longues, linéaires, peu attractives… C’est un constat largement partagé, par les apprenants. Du coup, le Rapid Learning apparaît comme une alternative, avec ses avantages : l’entreprise s’affranchit de ses prestataires, coût et délai sont fortement réduits.

Innovations pédagogiques

Dans le classement « Innovating Pedagogy » 2013 (Open University), les MOOC figurent en première place : impact potentiel fort, échéance temporelle courte. « Un MOOC (Massive Open Online Course), c’est d’abord un site Web qui diffuse des ressources dont le format répond aux attentes de l’apprenant. Des sessions courtes, faciles à loger dans un agenda, accessibles depuis un PC ou un mobile, débarrassées du superflu (pour les compléments, on pourra toujours cliquer sur les liens), souvent fondées sur le principe de la « mise en situation » (qui sera prolongée par des travaux collaboratifs), voire du story-telling quand l’enseignant / le formateur se sont appropriés les codes de la vidéo. Car les MOOC utilisent massivement le format vidéo plébiscité par les internautes. Avec raison : tous les domaines de formation sont touchés, parce que la vidéo réintroduit de l’humain, du désir d’imiter et d’apprendre dans les dispositifs  d’autoformation. Aussi, c’est un média bon marché : le coût d’une prise de vue « live », voire celui d’une prise en studio, s’est effondré. » explique Michel Diaz dans le livre blanc.

Les MOOC offrent un modèle efficient, pratique, techniquement simple à mettre en œuvre aux entreprises qui veulent développer une stratégie numérique d’apprentissage collaboratif, voire de réseau social et de Knowledge Management.

Momindum s’inscrit parfaitement dans le mouvement des MOOC, proposant une solution rapide et efficace pour créer et partager en ligne des présentations vidéo. Grâce aux outils proposés par Momindum, les entreprises peuvent développer rapidement un MOOC d’entreprise de qualité. Par ailleurs, fort de son expérience réussie avec Sciences Po, Momindum est entré en contact avec le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche pour offrir sa technologie à l’ensemble des universités. (MOOC France Université Numérique)

Consultez l’intégralité du livre blanc en cliquant sur ce lien

Marché

La conduite du changement : une compétence clé pour l’entreprise et les managers

Les entreprises connaissent chaque année des mutations et des changements importants (mise en place de nouveaux process, de nouveaux outils informatiques, de nouvelles stratégies…). Ces changements doivent être accompagnés de formations de qualité pour permettre à chacun de les assimiler rapidement et efficacement. Les managers doivent alors mobiliser toutes leurs compétences et faire preuve de persuasion pour faciliter la réussite des projets de transformation. (Source)

L’adaptation aux changements est une condition importante de l’agilité et de la réussite des organisations. Qu’ils soient technologiques, économiques, organisationnels ou sociétaux, les changements peuvent représenter de véritables obstacles au développement de l’entreprise ou au contraire révéler des occasions de mobiliser les employés.

En général, les managers de proximités sont ceux qui ont le plus à perdre dans les changements ; et pourtant, c’est la plupart du temps sur eux que mise la direction pour les faciliter. En effet, ils ont une position clé : « qui mieux qu’eux connait le fonctionnement réel de l’entreprise, qui mieux qu’eux est en mesure d’identifier les impacts de ces changements, les points durs qui nécessiteront une attention particulière, les collaborateurs qu’il faudra particulièrement accompagner… ». Cependant, il faut les aider à développer une véritable compétence : piloter le changement dans une équipe. Attention, il ne s’agit pas uniquement développer les meilleurs arguments pour emporter l’adhésion et vaincre les résistances. Le changement, quel qu’il soit, entraîne des peurs, des angoisses, du stress, susceptible d’entrainer une certaine passivité, voire une résistance active de la part des individus. Ce n’est donc pas le changement en lui-même qui pose problème, mais plutôt la perte de repères et les incertitudes qui trop souvent l’accompagnent. Lorsque les salariés ont l’impression de perdre le contrôle sur leur métier cela peut provoquer stress et tensions. C’est pourquoi, il est essentiel que le manager développe sa capacité d’écoute et de communication, pour faire du changement une opportunité. Le manager doit systématiquement pouvoir répondre à ces deux questions :

  • « Pourquoi change-t-on ? Quelle est la signification du changement qui est proposé (ou imposé) ? »
  • « Pour quoi change-t-on ?  Quelle est la direction du changement, vers quoi nous amène-t-il ? »

« La réussite de tout projet de changement passe par une définition du sens et un alignement sur celui-ci à la fois des processus et des livrables. C’est cette congruence sens / processus / contenu, initiée par la direction, que doivent intégrer et porter les managers pour faire du changement un succès. »

C’est pour cela que Momindum propose des solutions vidéo pour faciliter et améliorer efficacement la conduite du changement dans les entreprises. La direction créée des vidéos pour mieux définir le sens du changement voulu et diffuser ses messages stratégiques rapidement à l’ensemble des managers. Ces derniers pourront ensuite former, accompagner et transmettre le bon message aux équipes à l’aide de vidéos. Le changement est ainsi bien accepté et devient une véritable force pour l’entreprise.

C’est le cas par exemple de l’UFF, filiale d’Aviva, Leader dans le Conseil en Gestion de Patrimoine, qui a choisi MyCorpTV pour créer et partager des présentations vidéo avec ses 1300 employés pour les accompagner dans la mise en place du nouvel outil Salesforce.

« MyCorpTV est utilisée pour accélérer le déploiement et l’appropriation de Salesforce en interne. L’UFF réalise des vidéos pour faciliter l’accompagnement au changement et partager rapidement des messages stratégiques auprès de ses managers.

10 jours seulement après le lancement de MyCorpTV, l’UFF a déjà publié 10 présentations vidéo pour former ses employés sur Salesforce. Les vidéos rencontrent un important succès en interne ; certaines ont déjà été visionnées plus de 500 fois ! » explique Sylvain Daumer, Responsable Organisation & AMOA, UFF.

Marché

A quand les apprentissages mobiles et sociaux ?

La diffusion des appareils mobiles poursuit sa très forte croissance bouleversant les méthodes de travail et d’apprentissage. Voici quelques chiffres du cabinet IDC (relayés dans des articles sur Le Figaro et E-learning Letter) qui pourront inspirer les responsables de formation. 95% des possesseurs de tablette possèdent aussi un ordinateur. Il ne s’agit donc plus d’arbitrer un écran contre les autres… En effet, 71% des répondants estiment que la tablette ne remplace pas leur PC, mais une proportion encore plus forte préfère utiliser leur tablette à leur PC à titre professionnel. (Source)

Le BYOD (Bring Your Own Device) bat son plein. « Les utilisateurs ont vite fait de comparer les délices du « multi touchscreen » de leur tablette avec le clavier et la souris de leur PC de bureau. » Cependant, l’ordinateur reste largement plébiscité pour certains travaux comme la production bureautique (texte d’une certaine dimension / sophistication, tableaux de calcul, etc.), le confort d'utilisation d'une tablette n'égalant pas ici celui d'un clavier. Les smartphones connaissent également un succès très important. Il s’en est vendu plus d’un milliard en 2013 (taux de croissance : 38%) ; principal vainqueur : Samsung avec une part de marché 31,3%, contre 15,3% à Apple.

Quel impact pour la formation ?

A la vue de ces chiffres, il semble évident que le e-learning doit se décliner à la fois sur PC, tablettes et smartphones. Les contenus doivent également être compatibles avec les différents environnements d’exploitation (Apple, Android, Windows…). La tâche est assez complexe car il ne s’agit pas simplement d’ajustements graphiques. Il s’agit aussi et surtout de design pédagogique et ergonomique. Une dimension qui n’est pas encore bien maîtrisée par les concepteurs pédagogiques.

« D’autres données utiles, cette fois sur le Web social, qui n’est pas l’apanage de la génération Y : ils sont utilisés aussi par 72% des 30-49 ans et 60% des 50-60 ans, donc par une grande majorité des salariés ! 71% des « pratiquants » passent par leur terminal mobile. Les utilisateurs de Facebook en particulier sont très actifs : près d’un quart d’entre eux se connectent au moins 5 fois par jour… » Il semble donc primordial que la formation se préoccupe de l’utilisation qu’elle pourrait avoir de ces pratiques collaboratives. « Le risque de ne pas y aller, c’est que la formation apparaisse comme une fonction aux pratiques obsolètes, éloignée des préoccupations et usages de ses clients ; un risque aussi d’être marginalisée. »

Momindum est au cœur de cette tendance forte associant web social et mobilité. En effet, les présentations vidéo réalisées avec les outils Momindum s’intègrent totalement dans les différents réseaux sociaux d’entreprises, notamment Chatter de Salesforce et sont d’ores et déjà consultables sur PC, tablettes ou smartphones.

Par ailleurs, Momindum va lancer prochainement une nouvelle version de son offre MyCorpTV qui sera totalement intégrée dans l’application mobile de Salesforce. Ainsi, les utilisateurs pourront  consulter des présentations vidéo depuis leurs appareils mobiles. Ils bénéficieront ainsi d’un accès direct et illimité à l’information pertinente en situation de mobilité. A cette occasion, Momindum retravaille totalement l’interface et l’ergonomie de ses présentations vidéo pour assurer une expérience utilisateur optimale sur smartphone. Cela va permettre de renforcer, encore un peu plus, les apprentissages mobiles et sociaux.