Construction de voiture dans une industrie.

Nous vivons à 100 à l’heure, nous partageons, communiquons sur les réseaux sociaux et créons des blogs plus vite que nos ombres. Aujourd’hui, à chaque interrogation nous avons le réflexe de consulter notre boule de cristal : YouTube. 1 français sur 2 regarde YouTube tous les jours. Pour se relaxer et se divertir mais également pour s’informer et progresser pour 52%* d’entre eux. Avec 400 heures de vidéos mises en ligne chaque minute* par le commun des mortels, YouTube a marqué une rupture sur la manière de partager l’information. Nous sommes tous des créateurs de contenus, des supers « User Generated Content ». Pourquoi ne pas adopter cette habitude dans la sphère professionnelle pour que les employés génèrent eux-mêmes du contenu ?

Cette tendance est une réelle valeur ajoutée au système de formation de nos organisations professionnelles.
Voyons ensemble comment mener à bien ce projet :

1. Pourquoi favoriser l’« Employee Generated Content » ?

" Nous passons en moyenne 1h20 par jour sur les Réseaux Sociaux "

S’impliquer est le meilleur moyen de s’intégrer et développer une synergie de groupe. Nous passons en moyenne 1h20 par jour sur les Réseaux Sociaux pendant notre temps libre, à s’informer, partager, relayer des informations et des vidéos. C’est assez magique, mais cela a totalement changé notre mode de partager l’information. Au cours d’un rendez-vous, un client m’a confié qu’il souhaitait compléter la formation proposée en interne en laissant la parole aux employés. Casser les silos dans l’idée de donner plus de pouvoirs aux acteurs terrains pour qu’ils puissent transmettre eux-mêmes leurs expériences et expertises. Partager le savoir en vidéo est une très bonne idée qui offre de nombreuses perspectives : Tutos formation, tutos logiciels, petites story de collaborateurs partageant leur expérience terrain…

Vous êtes l’acteur ! Moteur… Action !

2. Parce qu’un artiste sommeille en chacun d’entre nous

Nous avons tous la même appréhension à l’idée de nous filmer, que celui ou celle qui ne se trouve pas affreusement ridicule à la caméra la toute première fois, lève la main ! Rassurez-vous, créer du contenu qualitatif n’est pas forcément compliqué, je vais vous donner quelques secrets et puis, entre-nous, le fond prime toujours sur la forme. Le MOOC le plus vu au monde sur le "Machine Learning" est filmé simplement , mais l’intervenant de Stanford a su capter son audimat par la qualité de son message et son expertise reconnue.
Pour favoriser l’industrialisation de vos contenus, vous devez mettre à disposition de vos équipes le matériel nécessaire. Plusieurs éventualités sont possibles :

Chacun dispose de son propre matériel avec le logiciel qui convient.

- Points positifs : Facilité de déploiement, peu coûteux, matériel déjà disponible.

- Point négatif : Niveau de qualité en corrélation avec celle du matériel mais cela convient parfaitement pour certains besoins (contenus à durée de vie limitée, à destination d'une cible réduite, manque de budget…).

Un matériel dédié réservé pour le service : Ordinateur, caméra, micro dédiés à la captation.

- Point positif : Le matériel paramétré au préalable offre une belle qualité de captation.

- Points négatifs : Le coût d’investissement est légèrement plus élevé et la création de process liés à l’utilisation et la mise en place du matériel est nécessaire.

Un mini studio clé en main est mis à disposition des salariés. Dans ce "vidéo maton" les collaborateurs n’auront plus qu’à effectuer leur captation.

- Points positifs : Le matériel est déjà en place, offre un réel confort pour la captation ainsi qu’une très bonne qualité.

- Point négatif : Un investissement un peu plus coûteux en matériel et salle.

Que vous disposiez d’une simple webcam et d’un micro ou bien, pour les petits chanceux, d’un mini studio au sein de votre entreprise, les bonnes pratiques pour une captation de qualité sont les mêmes :

• Imaginez votre message, il faut qu’il soit clair et efficace.

• Assurez une qualité audio optimale en enregistrant dans une pièce calme pour éviter toute pollution sonore des bruits ambiants.

• Le point le plus important à ne surtout pas oublier, vous êtes l’acteur, votre communication non verbale en dit beaucoup sur vous. Alors souriez et brillez « Show must go on ! »

Pour retrouver tous nos conseils pour autoproduire une vidéo de qualité :
C'est par ici

3. Optimiser la diffusion

Une plateforme vidéo est une réelle mine d’or, à condition qu’elle soit correctement référencée. Imaginez une bibliothèque d’une richesse culturelle incroyable. Elle serait malheureusement inexploitable, si vous ne disposiez pas de l’index qui indique comment les livres sont rangés. Élaborez donc une plateforme unique qui centralise toutes les vidéos.

Imaginez une bibliothèque non indexée
Votre plateforme vidéo
non indexée donnerait
à peu près ça...

Ainsi, veillez à vérifier ces 3 points :

• L’ergonomie et l’expérience utilisateur pour partager ses vidéos en un clic ! Il faut que son utilisation soit la plus intuitive possible pour que vos collaborateurs partagent leurs vidéos aussi rapidement qu’ils tweetent les scores des matchs de foot, oui on vous connait.

• Les aspects techniques comme l’hébergement par exemple pour assurer l’accès à votre plateforme à tous vos collaborateurs, n’importe où, n’importe quand. Vous hésitez à passer au cloud ? Faites-un tour par là.

• Le référencement de toutes les vidéos par mots-clés afin de les retrouver en deux secondes top chrono à l’aide d’un moteur de recherche interne.

Partage, collaboration, synergie, ces doux mots annoncent une révolution digitale déjà en marche qui va faciliter et redynamiser la formation de vos collaborateurs. Alors à vos vidéos !

Vous avez un projet vidéo dans votre entreprise ?
Prenez contact avec un de nos experts pour en discuter
Prendre rendez-vous

Sources :
Digital Learning Academy
Web Rank info
Dream Lane Agency